Our Blog

Surprenez votre auditoire comme Toronto m’a surpris

  • Image
  • 0

Une visite à Toronto engendre le truc de présentation d’aujourd’hui. Une ville? Qui inspire un truc? Étonnant. Mais, c’est bien ce qui est arrivé. Voici comment.

Je me rends dans la ville reine en novembre dernier pour donner une formation à la Banque Laurentienne. Puisque la formation est en après-midi, je prévois un aller-retour dans la même journée.

Mon vol atterrit à l’aéroport Billy Bishop. Cet aéroport a ceci d’exceptionnel qu’il est situé sur une île dans le lac Ontario à environ 150 mètres du centre-ville de Toronto.

Je pose le pied sur la piste vers 8 h 30. Puisque ma formation est à 13 h, que l’édifice de la Banque Laurentienne est à peine à 3 km de là et que le soleil est magnifique, je décide de me rendre à pied. J’aime marcher.

Je suis déjà venu à Toronto. Mais, toujours via l’autre aéroport qui est situé à l’extérieur de la ville. Je pense que je connais la ville. Mais, ce premier atterrissage à Billy Bishop va changer ma vision.

En sortant du tunnel sous le lac qui relie l’aéroport et la ville, je bifurque sur la droite pour longer les quais et possiblement trouver un café. Travailler dans un café dans une ville que je visite est un plaisir que j’affectionne.

Je profite de ma marche pour admirer le paysage qui s’offre à moi. Et c’est là que j’ai eu la révélation.

Lorsqu’on pense à Toronto, on pense à des gratte-ciel, à un centre-ville dense et surtout, à la tour du CN et au Rogers Center. D’ailleurs, c’est cette vision que j’ai utilisée pour annoncer ma première conférence à Toronto il y a quelques années.

Photo du paysage urbain de Toronto

Mais en ce matin d’automne, Toronto s’est révélée sous un jour bucolique que je n’avais jamais imaginé. Toronto est bordée par le lac Ontario. Et la vue du lac qui s’offre à moi est magnifique, aquatique, maritime. Rien à voir avec le paysage urbain qui vient à l’esprit lorsqu’on pense à Toronto. Séduit par ce paysage, j’ai d’ailleurs croqué la photo ci-dessous.

Voilier au port de Toronto - Denis François Gravel

Subitement, j’ai l’impression que Toronto est une ville au bord de la mer. Je me sens dans un port de la côte atlantique. Je sais. C’est un lac. Ce n’est pas l’océan. Mais, c’est l’effet que ça me fait.

Face à moi, c’est le paysage maritime et derrière moi, les gratte-ciel. C’est un mélange amusant.

Cette nouvelle vision de Toronto pique ma curiosité, ouvre mes sens et me donne envie d’être encore plus attentif à ce qui m’entoure et à ce que je pourrais y découvrir.

Pour mon bonheur, juste à côté du voilier qui est sur la photo, il y a un café dans lequel je m’installe pour travailler et réfléchir à ce que je viens de ressentir sur le quai. Je sirote mon café et j’admire la vue du voilier accosté au quai.

Je pensais connaître Toronto et Toronto m’a surpris. Elle m’a incité à sortir de ma bulle, à ouvrir mes sens et à être réceptif.

Notre défi lors des présentations est semblable. Nous aussi nous devons inciter les gens à sortir de leur bulle, de leur tête, de leurs préoccupations et à être réceptifs à notre message.

Je savais que l’effet de surprise est un outil connu et efficace pour atteindre cet objectif et je l’utilise régulièrement. Les ballons mauves et orange que j’utilise dans mes présentations et dans mes conférences en sont un bon exemple. Mais, l’expérience de Toronto m’a rappelé à quel point c’était puissant pour provoquer la réceptivité.

Et là, assis dans ce café, je me questionne. Combien de fois ai-je fait des présentations dans lesquels l’auditoire pouvait facilement prévoir la suite? Combien de fois, c’est moi qui ai assisté à des présentations mornes, prévisibles, sans surprises, durant lesquels mes pensées étaient ailleurs?

À l’inverse, combien de fois ai-je surpris mon auditoire et provoqué une attention plus intense? Que ce soit avec l’utilisation de mes fameux ballons, d’anecdotes inspirantes ou autres? Est-ce que j’ai pleinement profité du potentiel de ce truc de présentation?

L’effet de surprise avait une place de choix dans mon coffre à outils. Je crois qu’il devra dorénavant occuper une place privilégiée.

Et vous? Quelle place occupe l’effet de surprise dans votre coffre à outils de présentations?

Tags: , , , , , , , , , , , ,

This is a unique website which will require a more modern browser to work! Please upgrade today!